Notes sur les Sempervivum du Sud Est de la France

 

Première parution: International Crassulaceae Network, 05 novembre 2009. sous le titre: Notes sur les Sempervivum du Sud-Est de la France

Modifications par rapport à la première parution: quelques détails ont été ajoutés ainsi que plusieurs photos.

 

Cette année, j'ai eu la chance de faire quelques observations dans les Départements des Alpes Maritimes et des Alpes de Haute-Provence.

Basé à Annot, l'endroit était idéal pour observer en particulier S. calcareum, qui s'y trouve là en plein centre de sa répartition.

Mes recherches se faisant en vacances, il était hors de question de m'en aller seul en montagne abandonnant pendant des heures épouse et enfants ! C'est donc le plus souvent dans des endroits aisés d'accès que je les trouve.

La quête des joubarbes ne se fait pas sans difficultés ni sans méconnaître les endroits privilégiés par ce genre !

Mes trois principaux outils de repérage sont les cartes topographiques , le site web Sempervivophila ainsi que l'indispensable boussole.

En effet, il faut privilégier les versants rocheux à exposition sud-est (et non situé au sud-est !) où vivent des plantes compagnes telles que les Fétuques, les Petrosedum et Sedum ou les Genets et exclure les pentes trop pentues et presque totalement les rebords de route, constitués de roches rendues artificiellement trop verticales.

Malgré ces précautions, les Crassulaceae les plus souvent rencontrées seront des Petrosedum rupestre, P. sediforme ou autres Sedum album ou S. dasyphyllum.

La recherche peut donc s'avérer ardue et le plaisir est d'autant plus grand lorsqu'on les trouve!

Une mise en garde doit encore être posée avant la présentation des stations !

Lorsque je vais observer des plantes, j'essaie de le faire en respectant le biotope et si possible en prélevant le moins possible de rosettes.

Les Joubarbes se multipliant très facilement en culture, il est inutile de dévaster toute une colonie. On privilégiera le prélèvement de quelques rosettes plutôt que l'arrachage de tout un groupe et en évitant de prendre de grandes plantes. Celles-ci ne se reproduiront plus l'année suivante de façon végétative mais fleuriront. Laissons les dans leur biotope!

Enfin, sachons que S. (Jov.) allionii est une plante strictement protégée sur l'ensemble du territoire français (Arrêté du 9 Mai 1994 relatif à la liste des espèces végétales protégées en région Provence-Alpes-Côte d'Azur complétant la liste nationale in Journal Officiel du 26 juillet 1994: 10789-10791).

Il est donc hors de question d'en prélever une seule rosette. Vous êtes alors dans l'illégalité!

 

Cinq Sempervivum colonisent les massif montagneux du Sud-Est de la France:

  • S. tectorum Linné , 1753
  • S. arachnoideum Linné, 1753

  • S. montanum Linné, 1753
  • S. calcareum Jordan, 1849
  • S. allionii (Jord. & Fourr.) 't Hart & Bleij, 1999 (Jovibarba allionii)

On peut trouver également des hybrides entre les trois premières espèces. Par contre, S. calcareum s'hybride rarement avec celles-ci pour des raisons d'incompatibilité d'habitat (il privilégie les substrats calcaires et est de floraison très tardive au mois d'août).

L'espèce S. arachnoideum se présente dans cette région sous un phénotype tomenteux proche des plantes présentes dans le Massif Central ou dans les Pyrénées, mais avec des feuilles périphériques plus violacées. Il s'agit de la forme S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei.

Cette forme est difficile à séparer de la forme originale, du moins en été lorsque les rosettes sont très pileuses et se rétractent en situation caniculaire.

Mon expérience est mince avec ces clones mais il semblent qu'en culture les rosettes révèlent peu à peu leur couleur rose-violet.

Note: certaines stations ci-dessous comportent un code « FOL 2009/suivi d'un chiffre ». Il s'agit simplement du code sous lesquelles les plantes seront diffusées dans le hobby.

 

 Col de La Colle Saint-Michel – Thorame km 1,4 (FOL 2009/01)

 

Après le Col de La Colle Saint-Michel en direction de Thorame, descendre la D 908, traverser le petit pont sur la rivière Subie et continuer la route jusqu'au lacet suivant.

La station se trouve juste après le tournant sur la gauche, 1400 mètres après le Col. Elle n'est pas visible de la route. Il faut grimper dans les pierres quelques mètres au-dessus de celle-ci pour observer les plantes.

 Exposition: sud
Altitude: 1234 m
Coordonnées GPS: +44° 3' 13.19", +6° 35' 13.26" (44.053665, 6.587016)

Date: 08/07/09

Rive droite du Ravin de la Subie, roches calcaires.

S. calcareum par petits groupes assez abondants sous les Gestina sp.

Malheureusement, je n'ai pas pris la peine de photographier ce biotope!

 

Gorges Supérieures du Cians
 

La visite des Gorges du Cians est indispensable car elles abritent les cinq espèces de la région.

Deux espèces sont difficiles à voir car elles occupent soit de rares localités (S. tectorum) ou nécessitent une longue promenade sportive en haute altitude (S. montanum).

Par contre, les trois autres espèces côtoient en très grande quantité les rives du Cians et la route qui la borde.

Elle permet entre autre d'observer de très rares stations ou S. calcareum et Jovibarba allionii vivent en sympatrie. Ceci est singulier car ces deux espèces privilégient en général des biotopes assez contraires (calcaire, chaud et très sec pour S. calcareum), (roches acides, ombre et humidité pour Jov. allionii).

La roche rouge remarquable de cette région (de la piélite) met en évidence les joubarbes. On peut donc les repérer très rapidement!

 

a) La Petite Clue, rive droite du Cians (FOL2009/02)

 

S. calcareum en énorme quantité
S. arachnoideum

Jov. allionii , rares touffes, certaines en fleurs.

Sedum album
Saxifraga paniculata
Saxifraga callosa ssp
Date: 09/07/09

Il suffit de se parquer à l'endroit prévu à cet effet et de se promener le long de la rive droite (sentier bétonné).

On trouve de très rares S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei en hauteur à l'ombre (exposition Est) en compagnie de Saxifraga callosa ssp et Sax. paniculata.

 


 
Biotope, rive droite
 

S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei


 

Une petite touffe de S. calcareum le long de l'escalier sur la rive droite
 

L'essentiel des Joubarbes se trouve sur la rive gauche du Cians. Les plantes sont visibles mais inaccessibles.
Voici deux photos, prises au zoom

 

Rive gauche du Cians, Petite Clue. S. calcareum à droite

 

b) La Grande Clue, rive droite du Cians (FOL 2009/03)

 

S. calcareum
S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei
Jov allionii, touffes impressionnantes. On les reconnait bien à leur couleur jaunâtre.
Sedum album
Saxifraga paniculata
Date: 09/07/09

La configuration est la même qu'à la Petite Clue mais la rive gauche est encore plus impressionnante car elle est envahie de Sempervivum sur une surface considérable.

Les plantes sont inaccessibles car situées de l'autre côté du Cians.

 

 
Le Cians à la Grande Clue

 

S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei

 

Jov. allionii 
 

S. calcareum est présent aussi sur la rive droite le long de la route. On peut y admirer un superbe groupe de plantes de grande taille.

 

S. calcareum et Sedum album

 

Des groupes de S. calcareum se trouvent aussi à droite et au-dessus du tunnel. Quand j'y suis allé, certaines plantes s'étaient détachées et jonchaient le sol.

 

c) Tunnel des Traverses, rive gauche du Cians (FOL 2009/04)

 

Juste avant le tunnel des Traverses vers Beuil, sur les rochers en hauteur, le long de la route.

Cest le seul endroit (du moins si on ne quitte pas la route) où on peut admirer un grand groupe de Jov. allionii à distance visuelle convenable.

 

 

Jov. allionii et S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei

 

Comme précisé plus haut, Jov allionii est une plante protégée.

Sur cette station, la plante est hors d'atteinte car elle pousse sur une paroi relativement verticale et à +/- 7-8 mètre en hauteur.

La touffe est très impressionnante et les plantes poussent les une sur les autres, les plus petites s'accrochant au-dessus des plus grandes.

Date: 09/07/09

 

Les plantes se trouvent juste au dessus de graviers de gros calibre disposés artificiellement le long de la route. Si on observe bien ce gravier, on remarquera que de petites rosettes de S. allionii se détachent de la touffe, tombent dans le gravier, se dessèchent et meurent.

Je suppose que dans ce cas il n'y a pas grand délit à ramasser ces rosettes destinées à une mort certaine ...

 

Gorges Supérieures du Daluis

 

Les magnifiques Gorges Supérieures du Daluis abritent deux espèces de Sempervivum, toujours sur piélite rouge.

On peux y admirer S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei et S. calcareum.

L'observation doit se faire en suivant la route de Daluis vers Guillaumes et non l'inverse. Dans l'autre sens, on traverse plus d'une dizaine de tunnels sans pouvoir prospecter quoi que ce soit.

 

Il serait d'ailleurs intéressant d'observer à pied les biotopes le long de la route, tellement cette zone est fascinante par l'importance de ceux-ci.

 

a) Cascade de Amen (FOL 2009/05)

 

En contournant le tunnel où on peut admirer la Cascade de Amen (située de l'autre côté du Var).

Quelques rares groupes de S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei aux abords de la route.

Exposition: sud-est, quelques plantes exposées au nord-ouest

Altitude: 734 m
Coordonnées GPS: non relevées
Date: 11/07/09
Rive droite du Var
 

 
 

La cascade de Amen S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei
                             

 

 
 

b) Le pont de la Mariée

 

Le pont de la Mariée est bien plus connu pour ses sauts à l'élastique que pour ses joubarbes !

Cependant, on peut en observer quelques unes à distance très respectable.

 

Le pont de la Mariée S. calcareum et S. arachnoideum
tomentosum f. moggridgei

  


Saxifraga callosa ssp.
 
 

c) Guillaumes – Daluis, km 2, à l'entrée des Gorges de Daluis (FOL 2009/06)

 

Au point kilométrique 2 sur la D 2202 de Guillaumes vers Daluis, il y a une casemate de la seconde guerre mondiale contre des rochers de piélite.

S. calcareum s'y trouve là en grande quantité. Si on continue la route sur plusieurs dizaines mètres, on trouvera la même espèce en compagnie de S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei.

Pas d'hybride observé.

 Exposition: sud
Altitude: 776 m
Coordonnées GPS: +44° 4' 14.84", +6° 51' 21.79"(44.070788, 6.856053‎)

Date: 11/07/09

Rive droite du Var.

Sur piélite rouge
 

  

S. calcareum






S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei


  

d) Pont de Berthéou
 
A hauteur du pont de Bertheou, on trouve quelques rosettes de S. calcareum sur la rive gauche du Var, juste en dessous du pont, ainsi que juste après le pont en direction de Daluis (une rosette !).
Le pont avait été élargi en 2008, ce qui peut expliquer la rareté des plantes étant donné l'importance des travaux faits à cet endroit.
 
 
Grès de Annot

Annot est un village bien connu des amateurs d'escalade pour ses éboulis et ses falaises de Grès.

Il est aussi connu des amateurs de Sempervivum qui cultivent le clone S. calcareum 'Route de Annot'.

Le village de Annot, vu du Baou de Parou

 

Cette appellation est très imprécise et je n'ai pas pu localiser la station d'où est originaire cette plante. La route qui borde Annot est constituée de rochers creusés pour élargir la route. Ce sont des bons habitats pour d'autres Crassulaceae mais pas pour les Sempervivum.

Par contre, une promenade dite de « la chambre du Roi » permet de bien observer nos plantes.

Quelques précautions cependant: elle n'est pas conseillée aux enfants (les premiers lacets dans la forêt sont bien trop rudes) et de bonnes chaussures sont recommandées (la descente se fait à un moment dans le lit d'un ruisseau).

De plus, je recommande de faire cette promenade au lever du jour (je l'ai fait vers 6h) afin d'éviter les fortes chaleurs.

Durée: +/- deux heures.

 

a) Grès de Annot 886 m (FOL 2009/07)

 

Après la montée dans la forêt à partir de la gare, on arrive dans des éboulis de graviers où il n'y a quasi aucune végétation. Au milieu de cette zone et à hauteur du sentier, il y a un amas de gros rochers.
 

 

Les Grès de Annot

 

Dans une faille, un beau groupe de S. calcareum en compagnie de Sedum dasyphyllum.

Les rosettes les plus proches du bord sont jaunâtres car elle reçoivent tout le soleil, les rosettes à l'ombre sont plus grandes et plus vertes.

 

Exposition: sud-ouest
Altitude: 886 m
Coordonnées GPS: +43° 57' 39.90", +6° 40' 44.18" (43.961083, 6.678940)

Date: 14/07/09

 

S. calcareum
Sedum dasyphyllum

 

Vue du biotope
 

 

S. calcareum

Les plantes en périphérie sont plus jaunâtres car exposées en permanence au soleil

 

b) Au dessus des Scaffarels


Passé la chambre du Roi, le sentier arrive dans une corniche dans les grès. Cette corniche se trouve juste au-dessus des Scaffarels.

S. calcareum pousse là à deux endroits en hauteur par rapport au sentier. Le deuxième groupe est fort à l'ombre et les plantes semblent étiolées. 

Exposition: sud (premier groupe) et sud-est (deuxième groupe)

Altitude: 934 m

Coordonnées GPS: +43° 57' 35.36", +6° 40' 59.69" (43.95982157ºN 6.68324662ºE)

Date: 14/07/09

 

S. calcareum et P. sediforme, premier groupe

 

c) Chêne près du ruisseau

Passé cette corniche, la montée continue et on arrive à très petit ruisseau non noté sur la carte IGN.

En dessous d'une petit chêne, un très beau groupe de 27 rosettes de S. calcareum.

 

Les plantes se trouvent en dessous du chêne et à côté du ruisseau
 

 

S. calcareum

 

Exposition: non notée
Altitude: 975 m
Coordonnées GPS: non notées
Date: 14/07/09
 

d) Grès de Annot, Point de Vue, 1090 m (FOL 2009/08)
 

Un peu plus loin, le sentier bifurque: d'un côté vers « Les Portettes » (chemin du retour), de l'autre vers le « Point de vue ».

Suivre les indications « Point de vue ». On arrive alors sur des dalles de grès inclinées.

Dans les anfractuosités poussent de petits groupes de S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei. Les plantes sont réparties par petits groupes mais la colonie comprend sans doute plusieurs milliers d'exemplaires. Elles poussent à même le grès sans quasi aucun substrat avec des Bryophytes. Certaines plantes ont l'air d'en souffrir, d'autres sont en pleine santé.

 

Exposition: sud-est
Altitude: 1034 m

Coordonnées GPS: +43° 57' 52.23", +6° 40' 49.17" (43.96450856ºN 6.68032569ºE)

Date: 14/07/09
 

 

Le « Point de vue »


 

S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei

 


 

e) Les Portettes

 

Revenu sur le sentier principal, on descend vers les « Portettes », éboulis de grès en sous-bois. Là, on peux apercevoir quelques hampes florales de S. arachnoideum tomentosum mais elles sont quasi invisibles car situées en hauteur.

 

Passé les Portettes, sur le sentier du retour vers Annot, on apercevra encore quelques S. arachnoideum tomentosum en sous-bois ainsi que quelques Saxifraga cuneifolia.

 

Le biotope est assez peu commun car à l'ombre. Les plantes reçoivent certainement assez bien d'humidité car les rosettes sont ouvertes et peu pileuses. On observera aussi la présence de feuilles périphériques brun-violet, caractéristique de la forme moggridgei

 

 

S. arachnoideum tomentosum f. moggridgei en sous-bois Saxifraga cuneifolia

 

 Gorges du Verdon, Route des crêtes au Belvédère du Tilleul (FOL 2009/09)

S. calcareum est répertorié des Gorges du Verdon mais sans beaucoup de précision.

Gérard Dumont le signale au Belvédère de la Dent d'Aire. Malgré de rapides recherches, je ne l'ai pas trouvé.

Par contre, j'en ai trouvé au Belvédère du Tilleul sur la rive droite du Verdon

Le biotope se trouve directement dans les rochers au-dessus du Belvédère. Les plantes sont très difficiles à apercevoir car en raison du soleil brulant, elles se rétractent entre les failles rocheuses et sont jaunâtres.

J'étais sur le point d'abandonner mes recherches quand je me suis rendu compte que je marchais sur des rosettes de S. calcareum!

 

Exposition: sud-est
Altitude: 1273 m

Coordonnées GPS: +43° 45' 18.25", +6° 22' 11.48" (43.755071, 6.369855)

Date: 13/07/09
 

Le biotope au Belvédère du Tilleul

 

S. calcareum

 

S. calcareum

 

Références

 

Dumont G. 2009, Sempervivophilia, http://stalikez.info/fsm/semp/site/index.php?lg=fr

Welter A. 1977, Etude d'un complexe polyploïde Sempervivum arachnoideum, Thèse 3ème cycle Université Grenoble

 

Page précédente : Périgord 2008  Page suivante : Lombardia - Venetia